Alfa Roméo MiTo Multiair

Catégorie : Essais / Nouveautés automobiles
11 janvier 2010 - 11:33 - 5 500 vues - Laure Kempf 2 Commentaires

Après le lancement d’une version d’entrée de gamme pour la MiTo, Alfa Romeo développe la gamme de sa citadine avec une motorisation totalement inédite nommée Multiair. Un moteur qui se distingue en optimisant de manière assez complexe ses besoins en carburant.

Mito_MultiairL’Alfa MiTo a un peu de mal à convaincre. En cause, un tarif très élevé que l’on peut aisément comparer à celui d’une Mini. Or, la MiTo ne bénéficie pas de l’impact de la Mini et même si sa ligne peut la hisser sur le podium des plus belles citadines du monde, sa planche de bord un peu triste et ses commandes trop communes et parfois cheap n’en font pas une voiture à part. Seules les selleries cuir de notre modèle d’essai font preuve d’un grand soin de fabrication. Pour le reste, les plastiques, bas de gamme pour certains, peuvent rivaliser avec sa cousine Grande Punto (désormais Punto Evo) de chez Fiat, mais certainement pas avec l’actuelle Renault Clio ou la toute récente Citroën C3, dommage ! Car il faut le reconnaître, le tarif de cette MiTo est élevé : 15 000 euros pour le modèle de base, soit 3 000 euros de plus que tous les autres (sauf, nous le disions, la célèbre Mini). Notre version d’essai, elle, est beaucoup plus chère encore : un peu plus de 24 000 euros soit le prix d’une Mini Cooper S. En cause, sa finition haut de gamme mais aussi quelques options semble-t-il très coûteuses.

Elle utilise un tout nouveau 1,4 l turbo essence dont la gestion très complexe d’admission ne peut être décrite ici (au risque de devoir sacrifier les autres pages de cette rubrique). Toujours est-il que le but de notre moteur Multiair est limpide : augmenter la puissance de 10%, augmenter le couple de 15 % et baisser de 10 % la consommation et les émissions en CO2. Sur le papier, le constructeur annonce des prestations très honorables. Avec ses 135 ch et son système de gestion d’accélération, de freinage, d’assistance de direction ou encore d’optimisation du différentiel autobloquant Q2 (le conducteur sélectionne les modes All Weather, Normal ou Dynamic), la MiTo annonce un 0 à 100 km/h en 8,4 s seulement pour une consommation moyenne de 5,6 l et 129 g de CO2.

Mito_Multiair_interieurDans la vraie vie, c’est-à-dire mode Dynamic enclenché (et oui, nous osons encore croire à la sportivité de la marque Alfa Romeo !) notre MiTo apporte effectivement de belles accélérations. Le châssis révèle une grande efficacité dans les enchaînements, la direction est précise, les trains réagissent à mer veille, le 1,4 l devient presque mélodieux vers la zone rouge, le tout avec une certaine fermeté qui n’avantagera pas le confort des occupants sur tout s’ils sont aux places arrière, mais qu’importe, nous sommes dans une Alfa Romeo, une vraie. Une Alfa que les quelques rares passionnés de l’automobile apprécieront à sa juste valeur. Seul problème, à ce rythme, les 5,6 l ont tendance à se transformer en 13 l. La raison nous reconduit donc au mode “Normal” où tout à coup, la direction devient plus souple (et moins précise), le moteur plus creux à bas régime et même le freinage moins mordant.

Mais après tout, n’est-ce pas ce qu’attendent les automobilistes du XXe siècle ? Si tel était vraiment le cas, quelle tristesse !

(Extrait de la revue de l’Automobile Club : Janvier 2010 ISSN 1296-3739)

 2 reponses pour “Alfa Roméo MiTo Multiair” 

  1. Bob Dit:

    Pas mal la voiture mais le nom n’est pas top. Dire que le nom Mi To est bien serait un mensonge!!
    Qui pense comme moi ?

  2. Alain Crépin Dit:

    MiTo signifie [Mi]lano-[T]urin[o] – L’auto bénificie effectivement d’un comportement epoustoufflant.

Laisser un commentaire